Patrick Awuah : De Microsoft à Ashesi, itinéraire d’un parcours d’exception

By Alain Okpeitcha 

Ancien cadre de Microsoft et accessoirement millionnaire, Patrick Awuah a décidé d’abandonner son emploi au sein de la firme  américaine et de retourner chez lui, au Ghana, pour essayer d’impulser une révolution nationale, voire continentale, par l’éducation. Après plus de 20 années passées aux Etats-Unis, il est rentré  à Accra, pour y fonder Ashesi, une université dont le but est d’éduquer les jeunes leaders africains.

Pour le natif d’Accra qui a quitté Microsoft où il gagnait des millions $, en tant que gestionnaire de programmes, le réel problème du continent africain se situe au niveau de la corruption, de la faiblesse des institutions et de ses dirigeants qui n’ont pas le sens de l’éthique,  d’où la nécessité de la création de son université.

 « Toute société doit être très déterminée pour éduquer ses dirigeants […] donc c’est ce que je fais maintenant. J’essaie d’apporter en Afrique l’expérience que j’ai eue aux Etats Unis. Nous essayons de former des dirigeants avec une intégrité exceptionnelle, qui ont la capacité de faire face aux problèmes complexes, poser les bonnes questions, et de trouver des solutions viables », a-t-il déclaré à propos de son institution.

L’université d’Ashesi qui, à sa création en 2002, comptait 30 étudiants, suivant les cours dans un bâtiment loué, en compte aujourd’hui plus de 500 sur un terrain d’une superficie de 40 hectares.

Source : https://ecceafrica.com/patrick-awuah-microsoft-ashesi-parcours-exception/#.V2PG-VXhCM8

UN BANQUIER CAMEROUNAIS LANCE UN PRIX POUR RECOMPENSER L’INNOVATION ET LA RECHERCHE APPLIQUEE EN AFRIQUE

«Promouvoir la recherche appliquée en Afrique et l’innovation dans l’entrepreneuriat », tel est le but visé par le banquier camerounais Paul Fokam en créant le prix PK Fokam Awards for Science and Technolohy.

Ce nouveau prix africain, lancé le 7 juin à Yaoundé, primera tous les deux ans, à partir de juin 2017, les meilleurs projets d’entreprise et les Africains qui excelleront dans la recherche appliquée. Les deux prix seront décernés après que les candidats ont soumis en ligne leurs candidatures qui seront ensuite analysées par un jury.

Le vainqueur du prix de la meilleure innovation, en matière de projets d’entreprise, recevra une enveloppe financière de 10 millions de francs CFA, plus le financement de son projet. Quant au lauréat du prix de la meilleure recherche appliquée, il empochera 10 millions de francs CFA.

« Ce prix est ma contribution à l’éclosion d’une génération d’Africains susceptibles d’accompagner le continent noir vers l’excellence. Il y a une corrélation directe entre recherche fondamentale, recherche appliquée et distribution de la richesse dans le monde », a commenté Paul Fokam, selon des propos rapportés par le site camernews.com.

Paul Kammogne Fokam est un économiste, fondateur du groupe bancaire Afriland First Bank qui gère une dizaine d’entreprises actives en Afrique, en Europe et en Asie.

PROPOSITION DE PROJET PRÉSIDENTIEL AU BENIN

Sur http://www.lanouvelletribune.info/benin/politique/26537-presidentielle-2016-les-questions-de-jeunes-beninois-aux-candidats, je lis (écrit par CODJO ATAKOUN)

“Je reprends ici quelques thèmes de campagne que je trouve intéressants:
1. une assurance universelle de protection de santé et contre la maladie accessible à tout le monde.
2. une aide sociale de 100.000 CFA /an pour les familles les + démunies.
3. l’alphabétisation pour toutes les générations.
4. l’école obligatoire et gratuite pour filles et garçons.
5. l’électricité et de l’eau potable dans tous les villages.
6. la construction d’habitats sociaux dans chaque village et quartier de ville pour les familles le + démunies avec des dispensaires.
7. la modernisation des sites des marchés de chaque localité du monde rural.
8. le bitumage des routes principales conduisant au chef-lieu des communes.
9. une chambre d’agriculture avec une maison de conseil dans chaque commune.
10. un grand plan de financement de l’agriculture sur 5 ans.
11. la construction de classes maternelles et primaires dans chaque village et quartier avec des unités de formation des maîtres et maîtresses d’école.
12. la construction d’une université dans chaque département.”
Vos commentaires sont les bienvenus aussi bien pour le Bénin que pour les pays d’Afrique.
Merci

TOM2TOM partenaire de l’Ong ASEFCE INTERNATIONAL

 

la Société TOM2TOM Sarl. 22 Hogan gardens,NG5 9JE Nottingham UK

et notre Organisation Non Gouvernementale

ASEFCE INTERNATIONAL. 16, av.des Pyrénées -31470 -Saint Lys France/UE.

Ce jour Jeudi 24 Septembre 2015.

Mr Tom Melvin BAÏKI,CEO de TOM2TOM sarl, Nous vous remercions infiniment d’avoir choisi ASEFCE INTERNATIONAL pour la mise en place
sur nos 12 pays, des innovations dont est porteur TOM2TOM.

La Convention et le Contrat de Confidentialité nous lient contractuellement à la réalisation des actions initiées par les deux parties.
C’est la raison pour laquelle je demande aux Délégués Généraux de veiller à l’application des termes de ceux-ci.
D’assurer la coordination et la mise en place dans les Délégations Nationales des commissions d’application du partenariat initié.
J’invite les Délégués Nationaux à réunir leurs bureaux nationaux afin d’enregistrer l’officialisation de ce Partenariat.
De constituer le plan de travail et chronogramme des activités.

TOM 2 TOM devra apparaître sous la forme de son logo sur l’ensemble des publications de ASEFCE INTERNATIONAL.
Comme ASEFCE INTERNATIONAL se doit de l’être sur les publications de TOM2TOM.

Ce partenariat voit la rencontre entre un jeune entrepreneur Congolais de Brazzaville, visionnaire sur l’avenir du Continent, qui appartient à ce mouvement entrepreunarial novateur qui émerge en Afrique et ses Diasporas et des Jeunes gens de 12 Pays d’Afrique qui ont compris l’urgence de se construire autour de valeurs qui tournent le dos aux idéologies anciennes; Cultivant une nouvelle identité, une nouvelle attitude:
L’Afritude… n’est plus un mot : C’est une REALITE!

Le Président-Fondateur
Marc Rotge

La femme qui est sur ce billet de 1000 FCFA

BON A SAVOIR
La femme qui est sur ce billet de 1000 FCFA et dont la photo est adjacente s’appelle Marie KORE. De son nom de jeune fille ZOGBO Céza Galo Marie, elle est née vers 1912 ou 1910 selon les sources et est originaire du village de Gossa en Côte d’Ivoire. Elle avait épousé KORE Sery René, un Ex-fonctionnaire des PTT.

Elue présidente du comité Féminin du PDCI-RDA à Treichville, à partir de 1947, Marie Koré a participé, à la tête des femmes, aux manifestations devant le palais du Gouverneur Péchoux, comme à celles qui eurent lieu les 23, 24 et 25 décembre 1949. C’est aussi elle qui fut à la tête des femmes qui marchèrent sur la prison de Grand-Bassam où des militants et non des moindres du PDCI avaient été incarcérés, sans jugement. Il s’agit notamment parmi les plus connus de : Bernard Dadié, Mathieu Ekra, Jacob Wiliam, Jean Baptiste Mokey, Albert Paraiso, René Séry Koré, Lama Kamara et Phillipe Veira.

Leurs mouvements de protestation avaient porté ses fruits puisque trois mois plus tard, les prisonniers politiques du PDCI passaient en jugement et furent condamnés à des peines atténuées. C’est en souvenir de cet acte héroïque des femmes, surtout de celui du 25 Décembre 1949, que le pont sur la lagune Ouladine fut baptisé : le pont de la victoire.

Elle était crainte par l’administration coloniale.

En 1953, alors qu’elle souffrait d’un simple panaris, elle se rendit l’hôpital annexe de Treichville pour se faire soigner. On lui aurait incisée le doigt malade en lui faisant une piqûre à titre d’anesthésie locale. Elle serait morte dans les heures qui ont suivi cette intervention médicale. Cette mort suspecte est restée dans les mémoires de ceux qui l’ont aimé sans jamais être élucidée. Pour certains, c’est plutôt de l’éther qui lui avait été administré en lieu et place de la drogue anesthésiante.

Rappelons qu’à l’époque, l’hôpital annexe de Treichville était tenu, en grande partie, par des médecins Européens.

C’est à juste titre que la BCEAO a choisi de l’honorer. Hommage à cette dame.

Source : Texte inspiré de l’écrit de Nina Olga Boro et du blog de Daniel Baoulé.

Juif ashkénaze: Le Noir est le plus lent d’esprit, mais il ne pratique pas l’économie de groupe. (Embrassons Mivasocial car C’est Noir)

Interviewer: Pourquoi le Noir est si en retard économiquement ?

Juif ashkénaze: Non seulement le Noir est le plus lent d’esprit, mais il ne pratique pas l’économie de groupe. Le seul aspect économique que le Noir comprend c’est la consommation. Il ne comprend pas l’importance de la création de richesse. La règle fondamentale c’est de garder votre argent dans votre groupe racial. Nous crééons des entreprises juives, louons juif, dépensons juif et achetons juif. Il n’y a rien de mal à cela. Mais c’est une règle de base que le Noir ne peut pas comprendre et appliquer. Il tue son frère Noir quotidiennement pour du crack et de l’héroïne ou à cause pour jouer le gangster au lieu de vouloir le bien de son frère. 93% des Noirs tués en Amérique le sont par d’autres Noirs. Les statistiques montrent que l’argent des Juifs passe entre 18 mains juives avant de quitter sa communauté. L’argent des Noirs doit probablement passer par un seul autre noir un maximum. Seul 6% de son argent retourne dans sa communauté. C’est ainsi que les Juifs sont en haut et que les noirs sont au dernier échelon de chaque échelle de chaque société. Moins d’1% des Noirs créent des entreprises en Amérique et il y a une corrélation inverse avec le pourcentage de la population carcérale étant de 51%, malgré seulement que les Noirs ne représentent que 13% de la population américaine totale.

Interviewer: le pouvoir d’achat de l’Amérique Noire est de 1,000,100,000,000.00 milliards de dollars. 100 milliards de dollars de plus que le PIB total de l’Afrique 1 milliards de dollars) et il devrait atteindre 1,700,000,000,000.00 milliards de dollars en 2017, selon une analyse des experts économiques. Mais que pouvait faire le Noir avec 1,000,100,000,000.00 milliards de dollars par an ?

Juif ashkénaze: les Noirs de la diaspora américaine ?

Interviewer: Oui

Juif ashkénaze: Eh bien, au lieu d’acheter du Louis Vuitton, du Hermès et du Cristal (des sociétés qui pourraient influer sur la politique à ses dépens et qui ne sont également pas de grands fans du Noir). Il pourrait industrialiser l’ensemble de l’Afrique, construire des banques nationales, se débarrasser de la majorité des banques et des institutions coloniales sur son continent en les mettant en faillite. Cela ferait de la place pour la croissance économique en Afrique. Il pourrait conserver plusieurs de ses ressources tout en à les vendant au prix du marché, sans obligation de vendre les droits. Il pourrait réduire sensiblement la pauvreté, devenir autonomes, ans compter sur l’aide de l’Union Européenne. Il pourrait construire un arsenal nucléaire pour une Afrique unie, investir dans des infrastructures, des établissements d’enseignement, de recherche scientifique et d’innovations technologiques à son profit. Avec 1,000,100,000,000.00 milliards de dollars, le Noir pourrait rapidement catalyser l’ascension de l’Afrique à devenir une puissance mondiale.

Interviewer: Quelles sont vos impressions sur les échecs notables du Noir depuis 150 ans ?

Juif ashkénaze: Eh bien, rien n’est jamais de la faute du Noir. Sa tendance compulsive à tuer les siens, sa consommation compulsive de denrées. Son incapacité à créer des entreprises et à préserver la richesse sont généralement la faute de quelqu’un d’autre.

Interviewer: Que peut faire le Noir pour se libérer de sa situation économique ?

Juif ashkénaze: Le Noir doit prendre ses responsabilités. Les Noirs doivent s’unir. Ils doivent créer des entreprises, ils doivent investir dans leurs propres institutions et infrastructures. ils doivent garder l’argent dans leur communauté et ils doivent apprendre à contrôler leurs propres moyens de production.

Interviewer: Je vous remercie pour votre temps.

Juif ashkénaze: Avec plaisir.

Interview de l’Artiste de chanson Jazz Vicky BILA

 

BNN : Voudriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

R. Bonjour BNN. Merci de m’avoir accordé cette interview pour faire plus ample connaissance.

Vicky Bila, un nom qui m’a été donné par Thomas Sankara, je suis chanteuse professionnelle. Mon vrais nom est Victoire AMOUZOU. J’ai vu le jour au début des années 60 à Nyékonakpoè Lomé. Je suis mariée et j’ai 2 grands enfants. Je vis en suisse depuis bientôt 30 ans.

 

BNN : Qu’est-ce qui vous a motivé à embrasser cette carrière de musique Gospel ?

R. J’ai la passion pour la musique en générale. Je viens d’une famille chrétienne et très jeune, j’ai intégré la chorale de la jeunesse de la paroisse de Nyékonakpoè. J’aime chanter. Plus jeune, j’avais toujours mon cahier de chant et mon crayon sous la radio, une boite carrée verte avec 2 gros boutons pour le volume et pour la station. Suspendu dans la cour de notre maison, l’état togolais l’avait mise à la disposition de la population pour les informations, des émissions scolaire et la musique. Cette boite à musique est devenue mon meilleure amie, ce qui m’a permis d’avoir une connaissance générale de tous les genres de musique. Le jazz, le blues gospel m’interpellaient plus, ainsi que les grandes voix de Miriam Makeba, Bella Bellow, Aretha Franklin, Mahalia Jackson, Sarah Vaughan, Billie Holiday. Grace à mon oncle qui était musicien bassiste et ingénieur de son à « cineato», j’ai pu me baigner dans la musique de tous les temps, le jazz qu’il affectionnait beaucoup.

Tout présageait à ce que je partage au plus grand nombre ma passion et en faire carrière. Lorsque j’ai commencé à écouter les disques vinyles de jazz dans la collection de mon oncle, et à poser des questions, mon chef d’orchestre wellborn attivor,
a intégré dans notre répertoire quelques morceaux jazz standard, ce qui m’a permis de découvrir de grandes voix féminines de jazz qui sont des pures merveilles et de m’imprégner de leur sensibilité. Il y a une grande liberté d’expressions vocales, une joie dans les notes chantées et une élégance dans les rythmes qui sont aussi endiablés que dans la musique purement africaine. A la suite j’ai remarqué qu’il y a beaucoup de styles de jazz, celui qui vient de la nouvelle-Orléans reflète le blues que j’aime beaucoup et certains styles de jazz traditionnel, c’est pour moi bien plus accessible et m’invite plus à la méditation  que le free jazz. Petit à petit le jazz se dévoile à moi par sa base africaine et depuis, j’en écoute beaucoup et mon entourage familial en Europe sait que l’un des plus beaux cadeaux qu’il puisse m’offrir reste les disques de jazz.

 

BNN : Voudriez-vous partager votre parcours dans ce métier avec nos lecteurs ?

R. Je suis très curieuse de la vie. Je remercie Dieu de m’avoir donné la capacité d’être manuelle et d’aimer l’art dans son ensemble (la couture, la coiffure, le maquillage, la peinture et chanter), d’avoir le plaisir de magnifier la créature de Dieu, la femme et pour seule récompense la satisfaction d’avoir rendu un service impeccable.

La chanson m’a amené à faire la publicité audio et visuelle pour des sociétés multinationales, et de beaucoup voyager. Le métier de mon mari nous a amené aussi à  parcourir le monde, ce qui a enrichi ma connaissance culturelle. J’ai collaboré avec beaucoup d’artistes africains qui venaient au Togo pour faire leur enregistrement à OTODI, le plus performent des studios de la sous-région.

Ayant eu mon bac scientifique, j’ai pu faire en Suisse une formation d’infirmière et de l’hôtellerie pour aider à l’entreprise familiale.

La musique m’a permis de faire de belles rencontres et de faire de belles expériences humaines.

 

BNN : Parlez-nous un peu du Jazz s’il vous plaît ; la Source, le But, la Cible ?

R. Le Jazz est une musique extraordinaire. Une des musiques qu’on peut raconter et conter. La musique de tous les temps.

Dans toute l’histoire du jazz, le lien africain n’est jamais été rompu. Ainsi, l’héritage de la culture africaine, tissé et retissé, a rencontré d’autres cultures et d’autres esprits pour le magnifier et en aboutir au jazz contemporain. Le Jazz doit regagner la maison.

Un Jazz Man disait qu’il y a un lien entre la musique africaine et la musique de toutes les civilisations à travers le monde parce que, l’Afrique a eu la première civilisation. Et la musique africaine est aussi vieille que l’Afrique. Où que vous alliez, la culture africaine et la musique africaine y ont été. C’est quelque chose qui s’est perdu. Il faut que les gens reconnaissent à la musique africaine, son importance. Mais ce lien était là et fut transformé selon les circonstances de différents lieux, temps et personnes. Donc, oui, ce lien est important, il nous faut revenir à l’histoire ancienne, parce que c’est de là que l’on vient…

La source de la musique afro américaine, afro cubaine, antillaise, brésilienne et jamaïcain est l’Afrique… le Rythme est l’Afrique ! En Afrique, vous allez à tel ou tel endroit, vous entendrez un rythme. Les Brésiliens africains ont créé la Samba, les Caraïbes le Calypso, à Cuba, la Rumba et un tas d’autres rythmes. Le Blues, les Spirituals, tous ont des caractéristiques différentes ; néanmoins ils constituent un ensemble, et sont sous l’influence des différents rythmes africains.

Le jazz n’est pas qu’une expérience américaine, c’est un prolongement de la culture africaine avec un mélange de la culture des pays d’accueil des esclaves africains. C’est un mixte de cultures, une musique de liberté. L’Afrique est la source du jazz !

BNN : Trouvez-vous que le public africain aime votre genre musical ou c’est plutôt un genre de musique orienté vers de la diaspora ?

R. Surprise ! Les africains adorent le JAZZ ; les Togolais en particulier, parce qu’ils se retrouvent dans sa musicalité, les occidentaux n’en reviennent pas parce qu’ils s’y retrouvent aussi.

Il faut toutefois reconnaître que le jazz est en général méconnu en Afrique. Il est plus apprécié dans un cercle restreint de personnes, ou considéré comme une musique intellectuelle malgré ses racines noires africaines ; il est presque absent sur les médias du continent noir.

Forte de ce constat, j’ai commencé une démarche d’étude de l’histoire de la musique afro-américaine et du jazz en particulier. Aussitôt, je voulais rendre accessible la musicalité du jazz en Afrique en reprenant des thèmes et titres en leur donnant des textes en langue locale (mina, éwé) en offrant ainsi la possibilité au plus grand nombre de s’imprégner de cette musique qui tire ses racines de l’histoire africaine, de notre histoire.

 

S’en est suivi une écoute assidue de titres connus à grand succès avec leur variation dans les âges et les interprètes avec toujours la même question : Quelle interprétation pourra donner en langue locale le meilleur rendu ?

 

Mon album JazzAfric  est révélateur et invite à la réappropriation culturelle en donnant une tonalité nouvelle, permettant sa diffusion sur les ondes radiophoniques dans l’espoir que mon souhait puisse être réalisé.

 

À l’écoute, il n’y a aucun doute sur l’intérêt qu’il a suscité car l’utilisation de textes originaux sur l’interprétation musicale de standards Jazz arrangée par mes soins et enregistrée en live à Lomé par de jeunes musiciens togolais offre à l’auditeur une émotion partagée tant par les néophytes de ce style de musique que par des oreilles averties. La musique Jazz par définition et de par son origine doit revenir à une audience populaire en Afrique noire.

 

Cette réalité fait partie de l’histoire africaine; libre à nous africains de se réapproprier cette musique en y mettant les couleurs de leur quotidien et surtout de la démocratiser.

J’aurais pu travailler et réaliser cet album avec les américains mais je ne cherchais pas la virtuosité des musiciens mais leurs singularités, leurs sensibilités africaines et musicales.

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai travaillé avec cette petite formation de 5 jeunes musiciens pleins d’énergie, de liberté et de fraicheur ; des passionnés de la musique.

Le travail était collectif et le plus important pour moi, c’est l’intégration de mon idée, de mon objectif, la  compréhension de la définition et le sens du Jazz dans tous les esprits.

Cette musique où tous les instrumentistes sont sur un pied d’égalité. La personnalité des musiciens s’affirme à travers leurs instruments en toute liberté. L’album a été enregistré en live à Lomé.

Dans cet album, il n’y a pas de star ni de vedette. La star c’est la musique, le Jazz. Le Togo est une mine de talents et de musiciens passionnés.

 

BNN : Combien d’album Vicky BILA a déjà lancé ?

R. Six (06) albums. Oui, je sais, ce n’est pas beaucoup. Mais ce n’est pas le nombre qui compte mais la qualité.

 

BNN : Avez-vous quelque chose en vue (single ou album) pour le public très prochainement ?

R. Oui ! Un Album que je baptiserai JazzLégende.

 

BNN : Quels messages véhiculez-vous dans vos chansons ?

R. Des Messages de paix, d’amour, d’espoir et de la réalité de la vie.

 

BNN : Vous avez eu à faire beaucoup de concerts. Pouvez-vous nous en énumérer quelques-uns ?

R. Oui. A l’époque, j’avais des contrats sur l’année et je me produisais 5 jours sur 7 en live avec un orchestre de 8 à 12 musiciens pendant plus de 15 ans. En Europe j’ai des contrats pour des prestations d’entreprises. En été, je fais des festivals et la plupart de mes concerts sont dédiés à récolter des fonds pour divers fondations et associations humanitaires. J’aime chanter en live. Je voulais mettre ma voie au profit des causes humaines nobles ; c’est un choix qui est évident de par ma personnalité.

 

BNN : Vous trouvez ce métier passionnant ou pas ? Quelles en sont les difficultés selon vous?

R. C’est passionnant ! Que de passer des messages à travers des chansons, c’est passionnant. C’est jouissif de chanter. Dans toutes choses que l’ont fais avec passions, il faut s’attendre à des difficultés qui peuvent être un moteur de perfection. J’ai la chance de vivre de la musique. C’est toujours difficile de concilier la vie familiale et la vie artistique. En Afrique, on a les musiciens à la portée de mains. Par contre, des musiciens disponibles en occident, ce n’est pas chose facile. Mais j’aime travailler et chanter avec les musiciens de tous horizons car on apprend la culture et la sensibilité musicales de l’autre.

 

BNN : Faites-vous autres choses en dehors de la carrière musicale ? Quoi par exemple ?

R. Je voulais être puéricultrice après mon Bac mais j’ai fini par faire une formation d’infirmière et hôtelière en Suisse. J’aime faire la peinture et la photographie, j’envisage faire une exposition tout prochainement à Lomé. Ma dernière exposition au palais des congrès de Lomé datait de 1990 ; c’est très loin.

 

BNN : Avez-vous des projets qui vous tiennent à cœur (domaine musical ou social) ?

R. J’ai mis à la disposition des artistes nécessiteux au Togo, un studio d’enregistrement pour donner un coup de main et du matériel pour des vidéos. J’ai créé Joyforpeace qui est une Association pour promouvoir la paix à travers la musique et pour le développement durable.

Ma devise : La joie ne peut que s’éclater parmi les gens qui se sentent égaux, ainsi la joie contribuera à la paix.

 

BNN : L’Artiste de chanson Vicky BILA a-t-elle un conseil à donner à la génération future de la musique JAZZ ?

R. Nous devons nous réapproprier le jazz parce que nous en sommes la source.

Le corps et l’âme de la terre africaine sont la source du jazz Teinté de toutes les émotions exprimées en réaction à un exode forcé.

 

BNN : Quel est votre mot de fin pour nos lecteurs ?

R. Quand vous écoutez le Jazz, le Gospel, le Soul, le Blues, les musiques sacrées, s’il vous plaît, Fermez les yeux. Avez-vous vu l’Afrique ? Voilà la source qui apaise la soif musicale de la planète terre. Alors nous sommes la source !

 

Enjoy …Vive la Musique Africaine.

 

Merci Vicky Bila.

Merci beaucoup de nous avoir accordé votre précieux temps et bonne Journée.

 

Pourquoi l’Afrique Est-Elle En Retard?

L’Afrique, depuis plus d’une décennie, affiche des niveaux de croissance à faire pâlir d’envie l’Europe, qui peine à se remettre d’une crise économique et financière sans précédent. L’engagement attendu des Africains pour la cause de leur continent laisse encore à désirer.

Pire! L’Afrique ne commerce avec elle-même qu’à hauteur de 15%. Ce chiffre ridicule du commerce intra-régional est à l’origine de la paupérisation des États africains qui, pris individuellement, sont économiquement peu ou pas du tout viables.

L’Afrique est dépecée économiquement, culturellement et politiquement. À dire que le partenariat est devenu une trouvaille originale des dirigeants africains, aussi prompts à répondre aux invitations des puissances étrangères – et même insister à se faire inviter – qu’à arpenter avec fière allure les allées mondaines et à se pavaner dans les salons feutrés et douillets des palaces somptueux, loin – très loin – des routes poussiéreuses d’Afrique, du soleil chaud et fondant du continent, des mouches du jour et des moustiques de nuit, de la pauvreté à bon marché des populations qui se tassent et s’entassent dans les bidonvilles lugubres et insalubres.

Sincèrement, allons-nous continuer dans cette voie sans issue? À se presser, avec sourire et cravate, aux quatre coins du monde pour demander aux autres que ceux-ci cherchent chez nous? Est-il de bon aloi de rappeler qu’il ne suffit pas de fréquenter les «grands» de ce monde pour devenir grand?

Un commerce intra-africain insignifiant

Au 21e siècle, toutes les régions multiplient les actions de regroupement pour faire face à la crise. L’Afrique continue à tourner le dos à son avenir. De l’aveu de tous, l’Afrique demeure le continent le plus fragmenté du monde, avec 54 pays séparés par de nombreuses frontières. Les échanges entre pays africains sont très faibles. Selon les dernières statistiques du commerce international de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’Afrique avec 618 milliards de dollars d’échanges commerciaux n’a représenté que 3,4% du commerce mondial en 2013, et seulement 1% de la production manufacturière mondiale.

Selon les données 2013 de l’OMC, le commerce intra-africain était de 15,8% alors que 68,4% du commerce européen se faisait entre pays européens, et 56,7% des échanges asiatiques étaient domestiques.

Autrement dit, moins de 20% des biens et services produits en Afrique reste sur le continent. Cela signifie de fait que plus de 80% de la production africaine est exportée, principalement vers l’Union européenne (35,9%) et l’Asie (30,4%).

Tenez! Est-il normal que la sardine en conserve consommée en Afrique centrale et produite en Afrique du Nord soit importée d’Europe? Les médicaments fabriqués au Maghreb et destinés au marché subsaharien doivent-ils transiter par la France pour atteindre leur destination africaine?

Selon le Fonds mondial pour la nature, si en 2050 la population mondiale atteint les 9 milliards d’habitants (suivant une autre projection des Nations unies, ce niveau est attendu dès 2030), l’humanité aurait besoin de l’équivalent des ressources de deux planètes pour vivre. Avec quoi les populations vont-elles se nourrir? Où trouver les terres agricoles? Où trouver l’eau? La réponse est presque triviale. Seule l’Afrique, avec 60% des terres arables du monde, peut relever ce défi.

Donc le déferlement sur le continent ne fait que commencer. Il est appelé à s’amplifier pour les prochaines années. Le monde qui scrutait, bien souvent, l’Afrique avec un œil médisant et condescendant a changé de regard. L’Afrique d’aujourd’hui est vue avec un œil gourmand. On en parle peu au passé, elle se conjugue maintenant au futur. Selon le consultant Guy Gweth, trois États sur cinq dans le monde ont une stratégie africaine assumée. En 2020, ils seront 80% des pays non africains dans le monde à disposer d’une stratégie africaine.

Et chacun de ses «partenaires» a son propre agenda, bien souvent éloigné des préoccupations des populations africaines. À quelques variantes près, le modus operandi de la majorité des partenaires de l’Afrique est connu:

Importer de l’Afrique des matières premières pour approvisionner leurs usines, à des cours fixés dans les bourses qu’ils contrôlent;
Exporter en Afrique les produits finis issus de la transformation des matières premières africaines à des prix fixés par leurs soins.
Cette ruée vers l’Afrique, pour les richesses de l’Afrique et non pour les «beaux yeux» des Africains, tout le monde en a conscience… sauf les Africains. Pourtant, un adage du terroir nous enseigne que «si la tortue rend visite au tisserand, ce n’est pas pour chercher une couverture. Elle a mieux: sa carapace». C’est dans cette indifférence presque généralisée que les raouts se succèdent en Afrique, où les distributions de chèques, d’aides et de crédits des nouveaux partenaires se disputent la partie avec les remontrances, les directives, les mises en garde et les chantages des anciennes puissances coloniales. Tout cela dans une mésestime presque généralisée qui pourrait être qualifiée de «conspiration du silence».

Le continent des paradoxes

Il s’agit d’une problématique qui rejoint peu ou prou l’éternelle histoire du mendiant assis sur une mine d’or. À côté de la croissance forte et soutenue de sa population, l’Afrique a la densité démographique la plus faible au monde. L’Afrique, c’est aujourd’hui la dernière frontière du développement dans le monde. Certains prédisent l’avènement d’un «siècle africain» au cours des prochaines années. À la base de leur raisonnement, l’Afrique est l’une des régions qui connaît la plus forte croissance économique du monde: 5% en moyenne par an.

Selon une étude de juin 2010, les experts du McKinsey Global Institute (MGI) estiment que le continent africain est assis sur un potentiel minier unique dans le monde: 10% des réserves mondiales de pétrole, 40% des réserves mondiales d’or, 80% du chrome et 90% du groupe des métaux du platine. Au total, 30% des ressources minérales du monde ont élu domicile en Afrique. Dans leur immense majorité, ces richesses sont peu exploitées, sinon mal exploitées.

Tout au moins, les retombées économiques pour les populations africaines sont marginales.
Cette embellie profite peu à la population africaine, pour la simple raison que la structure de leurs économies est déséquilibrée. Par ailleurs, la richesse continentale est fortement concentrée. Les pays du MANGANESE, acronyme que nous avons créé en 2013 (Les Afriques N° 237 du 28 mars 2013) et qui désigne les économies de 9 pays africains (Marco, Algérie, Nigeria, Ghana, Angola, Namibie, Égypte, Afrique du Sud, Éthiopie), sont établis sur près du tiers de la superficie de l’Afrique avec un peu moins de la moitié de la population africaine, et pèsent environ 70% du PIB de l’Afrique.

Sur les 49 pays les moins avancés (PMA) que compte le monde, 69% sont en Afrique. En d’autres termes, les deux tiers des pays africains sont des PMA et la liste continue de s’allonger depuis 1971, date de création de cette catégorie par l’ONU. Près de la moitié de la population africaine vit avec moins de 1,25 dollar par jour et 47,3 % des jeunes africains (15-24 ans) au sud du Sahara sont au chômage. Et la faim continue à tuer sur le continent plus que le sida et la tuberculose.

Il est évident que la responsabilité de l’élite africaine, intellectuelle et politique, dans la production de la pauvreté et le maintien des populations africaines dans les conditions de servitude les plus inimaginables, est totale. Et elle doit être assumée.

Source: quebec.huffingtonpost.ca

Nomination au Conseil Technique

Le Président – Fondateur
à
Messieurs les Vice-Présidents
Messieurs les Délégués Généraux
Messieurs les Délegués Nationaux
Mesdames Messieurs les Membres des Bureaux Nationaux
Messieurs les Membres du Conseil Technique

NOMINATION CONSEIL TECHNIQUE PRESIDENTIEL

Sur proposition de Mr Martial Thierry LEUTCHA Vice-Délégué Général ASEFCE AFRIQUE:

Monsieur Thierry Yves DJEUFACK KAMGA
Master 1 Gestion Administration Entreprises
Commissaire National en charge des Affaires Administratives et Financières Délégation National ASEFCE CAMEROUN.

Est nommé Conseiller Technique délégué à l’Administration et Gestion des services internes de ASEFCE INTERNATIONAL
Détaché auprès de la Vice- Délégation Générale ASEFCE INTERNATIONAL AFRIQUE à Douala – Cameroun.
Sa mission est d’établir le suivi comptable des services.

J’invite l’ensemble des cadres de notre organisation à lui apporter leur soutien et amitié dans l’accomplissement de sa mission.

Nous lui souhaitons la bienvenue et nous le remercions d’avoir accepté cette responsabilité.
Cordialement

Marc Rotgé
Président-Fondateur d’ASEFCE INTERNATIONAL
0033 7 62 78 07 06
afriqsolidariteformat@gmx.fr

TEMOIGNAGE : La Sorcellerie face à la puissance de Jésus Christ

On m’appelle Sidoine A. Je suis issue d’une famille polygame au sein de laquelle nous adorions des idoles. A la mort de mon père, la rivale de ma mère se souleva contre nous dans des attaques spirituelles. Nous enfants, avions donc décidé de chercher où rester afin d’être protégé contre ces attaques. Ce fut ainsi que moi, j’intégrai une église où les gens prétendaient adorer Dieu tandis qu’au fond ce n’était pas le cas car on adorait des représentations de Dieu. N’y trouvant pas satisfaction, j’intégrai une autre «église» qui n’était rien d’autre qu’une secte au sein de laquelle les gens s’habillaient en robe blanche. Ce fut là que je reçu la sorcellerie.. Je ne le savais pas. J’étais à la recherche de la protection de Dieu et cette église (secte) était renommée pour les miracles qui se produisaient en son sein au nom d’un dénommé Jésus-Christ de Nazareth qui n’avait en effet rien à avoir avec le vrai Jésus-Christ de nazareth (le Fils de Dieu).

Exhortation

Bien aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit (1 Jean 4:1)

et ne croyez pas ce que les gens vous disent à propos de Dieu ou de Jésus-Christ sans vérifier si ce qu’ils disent est biblique (Actes 17:11).

Ne nous y trompons pas, la bible dit que le diable se déguise en ange de lumière (2 Corinthiens 11:14) et qu’il fait aussi des prodiges (Apocalypse 13:13).

COMMENT EST-CE ARRIVE ?

Durant des années j’adorais leur «dieu» ainsi que les anges (représentations d’anges c’est à dire des démons) ce qui n’est pas du tout biblique (Apocalypse 22:8-9) car la bible dit: tu adoreras le seigneur ton Dieu seul (Matthieu 4:10), tu n`auras pas d`autres dieux devant sa face (Exode 20:3).

Un jour, les dirigeants de cette secte qui, à l’apparence était une église au sein de laquelle on adorait Dieu et même un nommé Jésus-Christ de Nazareth, me firent appel. A l’époque, j’occupais le poste de visionnaire c’est à dire que les gens venaient me consulter pour que je leur prédise par exemple l’avenir, pour que je demande aux anges (démons) ou à «Dieu» (en réalité, ce n’était pas Dieu mais le diable) de leur donner des enfants. A l’époque, de nombreuses personnes fréquentaient tout comme moi d’ailleurs, cette église, sans savoir qu’elle avait le diable pour fondement. L’invocation des anges était chose fréquente au sein de cette église.

Exhortation
Bien aimés, ces pratiques ne sont pas du tout biblique et entraînent de graves conséquences. On ne s’en rend compte que plus tard. Ces dirigeants me dirent donc :

– Sœur Sidoine. Dans le spirituel, nous avions vu que vous êtes animées de l’esprit de «ABIKOU» (nom d’un démon) qui domine votre vie. Vous devez nécessairement, dans les plus brefs délais, passer par une «délivrance». Pour cette «délivrance», vous devez acheter des fruits dont (7) sept noix de palme.

Exhortation
Toute religion qui prône l’utilisation des fruits pour des actes spirituels, méfiez-vous en.
Ne sachant pas ce qui allait m’arriver, croyant que c’était pour mon bien j’acceptai. J’obéis car j’étais en quête d’une parfaite délivrance, d’une grande protection et du salut. Or, le vrai salut, la parfaite délivrance et la grande protection ne se trouve qu’en Jésus-Christ de Nazareth le fils du Dieu vivant qui est mort sur la croix pour les humains et ressuscité le troisième jour d’entre les morts. Ladite «délivrance» devrait donc avoir lieu dans une grande forêt à partir de 23h 30

LE PASTEUR PRINCIPAL ET MOI

Il sonnait 23 h 30 mn lorsque je partis dans cette forêt avec le pasteur principal de l’église (la secte) au sein de laquelle j’étais. Je n’avais averti aucun membre de ma famille même pas mon époux car telles étaient les instructions que j’avais reçues. En quête de salut, croyant que j’étais sur la bonne voie, je faisais tout ce que me demandaient les responsables de cette église(secte).

EXHORTATION

Chers lecteurs, la bible dit qu’il n’y a sous le ciel aucun nom qui ait été donné par lequel nous devrions être sauvé excepté celui de Jésus-Christ (Actes 4 : 12). Elle nous dit aussi d’examiner toute chose, d’être vigilant (Matthieu 10:16), de voir ce qui est bon, de nous méfier des faux prophètes (1 Jean 4:1). La délivrance, quand elle est faite sous l’inspiration du Saint-Esprit est une bonne chose mais quand ce sont des satanistes déguisés en ange de lumière, ceux qui y passent, amasseront des démons qui détruiront totalement leur vie à moins qu’ils ne reviennent à Jésus-Christ le fils du Dieu vivant.

LA PREMIERE FOIS

Arrivé dans la forêt, le pasteur qui voulait me faire la délivrance prit de ma main les choses qu’il m’avait ordonnées d’acheter. Il me demanda de lui faire dos pendant qu’il « prierait » sur les noix. J’obéis et suite à ses prières, il brisa, à l’aide d’une pierre, l’une des noix et me donna ce qui était à l’intérieur en me disant :

– Ne le mâche pas, avale le.

Dès que je l’avalai, je ne retournai plus à la maison avant de me retrouver dans mon lit. Il venait ainsi de me donner la sorcellerie.

REUNIONS NOCTURNES

Dès lors, tous les soirs, spirituellement, j’allais à des réunions sans que personnes ne le sache. Je fis sept (7) années dans la sorcellerie noire, détruisant des foyers, tuant des jeunes, hommes comme femmes sans répit et tout cela sans que nul ne se doute du fait que je fus sorcière pas même mes enfants. Gloire soit rendu au seigneur Jésus-Christ, fils du Dieu vivant qui, aujourd’hui m’a complètement délivré de la sorcellerie! Suite à cette dite « délivrance » au sein de la forêt, j’étais devenue l’une des plus grandes visionnaires de cette église ; cette église même au sein de laquelle on prétend chasser démons et sorciers. Les plus puissants dirigeants n’étaient rien d’autre que des sorciers comme je l’étais. Le but de ce témoignage n’est pas de critiquer une église mais de dire ce que Christ a fait pour moi, comment il m’a fait la véritable délivrance. C’est la raison pour laquelle je préfère taire le nom de l’église. Au cours d’une seule année, je fis mourir, 82 personnes sans compter les foetus de femme en état que je détruisis et les enfants envers qui je n’eus aucune pitié.

MON PACTE AVEC LE MONDE DES TENEBRES

Assistaient aux réunions nocturnes, les grands responsables de l’église (secte ) au sein de laquelle j’étais membre actif. Cette dite « église » prêchait l’évangile et faisait croire en plein jour qu’ils chassaient les démons au nom de Jésus-Christ avec des bougies…

– Cher lecteur, Jésus n’a jamais utilisé une bougie sans laquelle il ne serait pas exaucé. Vous n’avez pas besoin de bougie pour que Dieu vous exauce. Il vous suffit simplement de demander ce que vous voulez au nom de Jésus-Christ le fils de Dieu (Jean 14: 14)et cela vous sera accordé si vous le demandez avec foi.

– Au cours de ces réunions nocturnes, je signai un pacte stipulant que je ne tuerais aucun membre de ma propre famille excepté mes propres enfants que je donnerais en sacrifice quel qu’il soit. En effet, tour à tour, en guise d’alliance, chaque sorcier doit offrir des membres de sa famille. Ces alliances accroissent la puissance du donateur et des consommateurs et les maintiennent sous des malédictions plus fortes et plus violentes. A l’époque, j’avais 4 enfants dont 2 jumeaux que j’offris en sacrifice. Nous tuâmes mes enfants et le lendemain, je pleurai comme tout le monde.

MES VISIONS

Le visionnaire, c’est une personne possédée d’un esprit impur qui peut vous dire votre passé mais pas votre avenir en ce sens que l’avenir qu’il vous prédit n’est rien d’autre qu’une histoire soigneusement formulée par les démons qui se chargent de l’accomplir si vous ne faites pas ce qu’ils vous demandent de faire. En effet, seul Dieu connait l’avenir. Et nul ne peut prédire l’avenir à moins qu’il ne soit véritablement inspiré par le Saint Esprit. En tant que visionnaire, je disais à telle personne: c’est ta tante qui t’envoûte. Quand tu rentreras, tu la verras te lorgner et ce sera ça la preuve que c’est elle la sorcière. Spirituellement, avant que mon client ne rentre chez lui, un démon possédait la tante en question et l’obligeait à le lorgner. Au vu de ce signe, mon client se disait que la puissance de Jésus-Christ dans ma vie est forte et que Dieu m’utilise puissamment. J’avais 10 démons de hauts rangs à ma disposition et chaque démon avait d’autres démons qui lui étaient inférieurs et qui étaient sous ses ordres. Au sein de cette église nous ne disions pas démons mais ANGES de dieu ou ANGES de Jéhovah. Lorsqu’une femme enceinte venait consulter « dieu » auprès de moi, spirituellement, je faisais pivoter le bébé qu’elle portait dans son ventre et j’accusais un membre de sa famille d’être à l’origine des maux.

Le visionnaire, c’est une personne possédée d’un esprit impur qui peut vous dire votre passé mais pas votre avenir en ce sens que l’avenir qu’il vous prédit n’est rien d’autre qu’une histoire soigneusement formulée par les démons qui se chargent de l’accomplir si vous ne faites pas ce qu’ils vous demandent de faire. En effet, seul Dieu connait l’avenir. Et nul ne peut prédire l’avenir à moins qu’il ne soit véritablement inspiré par le Saint Esprit. En tant que visionnaire, je disais à telle personne: c’est ta tante qui t’envoûte. Quand tu rentreras, tu la verras te lorgner et ce sera ça la preuve que c’est elle la sorcière. Spirituellement, avant que mon client ne rentre chez lui, un démon possédait la tante en question et l’obligeait à le lorgner. Au vu de ce signe, mon client se disait que la puissance de Jésus-Christ dans ma vie est forte et que Dieu m’utilise puissamment. J’avais 10 démons de hauts rangs à ma disposition et chaque démon avait d’autres démons qui lui étaient inférieurs et qui étaient sous ses ordres. Au sein de cette église nous ne disions pas démons mais ANGES de dieu ou ANGES de Jéhovah. Lorsqu’une femme enceinte venait consulter « dieu » auprès de moi, spirituellement, je faisais pivoter le bébé qu’elle portait dans son ventre et j’accusais un membre de sa famille d’être à l’origine des maux.

– Frères et soeurs en Christ, je vous en prie, n’achetez plus jamais des bougies pour faire une quelconque vision auprès de qui que ce soit. Car, en y allant, vous exposez volontairement votre vie au diable et lui donnez un droit légal sur vous. Etes vous stériles ? C’est Jésus-Christ le fils du Dieu vivant qui donne des enfants. Et il le donne GRATUITEMENT à qui le lui demande.

Jésus a dit: Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.(Matthieu 6:34)

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.(Philipiens 4:6)

Confiez votre sort, vos enfants, vos projets, votre guérison, votre recherche d’emploi ou votre emploi .. toute votre vie à Jésus-Christ le fils de Dieu. Il ne vous prendra ni bougie ni sacrifice, ni fruit… Gratuit, c’est totalement GRATUIT..

PRIERES

COMMENT AI-JE PU TUER DEUX DE MES ENFANTS ?

J’avais 4 enfants et je devais en offrir, à l’époque, deux(2) pour qu’ils soient dévorés par tout le club de sorcellerie. Lorsque ce fût mon tour de tuer mes enfants, je fis appel à l’esprit de l’un de mes enfants jumeaux sur lequel je posai du feu (tout ceci se passa sur le plan spirituel c’est à dire en esprit). L’enfant commença par sentir la fièvre. Trois (3) jours après les pasteurs de l’église et moi le mangeâmes. Dix huit (18) jours après, nous fîmes la même chose pour le second. Naturellement, à la mort de chaque enfant, je pleurais à chaudes larmes comme tout le monde et mon mari me consolait en me disant : « Dieu a donné, Dieu a repris… ne pleure pas chérie, c’est Dieu qui en a voulu ainsi. »En effet, il ne savait pas que j’étais sorcière.

– Etes-vous sûr que Dieu est à l’origine de vos malheurs ? Dieu vous a t’il dit expressément ou clairement que c’est lui qui est à l’origine de tel malheur dans votre vie ?

Ne laissez pas le diable vous tromper. Dieu a formé pour vous des projets de paix et non de malheur afin de vous assurer un avenir fait d’espérance (Jérémie 29 : 11)

Ce que Dieu désire, c’est votre bonheur et non votre malheur. N’accusez plus Dieu face aux situations pénibles mais demandez-lui plutôt si c’est effectivement lui qui vous envoie tel malheur.

Car Dieu a dit: si l’on t’attaque, cela ne viendra pas de moi ( Esaïe 54:15 version LSG révisée)

LA GUERRE

Les dirigeants de cette église m’envoyaient au sein des missions de tueries les plus difficiles et je réussissais toujours. Un jour, ils m’ont demandé d’attacher une bougie au nom de l’un de leurs amis qui était aussi le mien (lorsque nous attachions une bougie au nom de quelqu’un, nous le dévorons). Mon refus était catégorique. Considérant cela comme une insubordination, mes prédécesseurs, les pasteurs de l’église se mirent à m’attaquer spirituellement. Puisqu’ils n’étaient pas aussi forts que moi, je tuai les 2 adjoints et je m’apprêtais à m’occuper du pasteur principal lorsqu’il vint me supplier. Alors, plus tard, spirituellement, je disputai le volant de son véhicule avec lui jusqu’à ce qu’il meurt dans un accident.

Biens aimés, un sorcier est une personne possédée. Or, ni le diable, ni les démons n’ont de pitié envers qui que ce soit. Mais la bonne nouvelle est que Jésus-Christ le fils de Dieu qui m’a libéré de la sorcellerie peut vous en libérer aussi.

Même si vous êtes animés par l’esprit de la sorcellerie, peu importe le nombre de victimes que vous avez faits jusque-là, Dieu vous aime. Et c’est pour vous racheter des liens de la sorcellerie que Son fils Jésus a payé le prix en mourant sur la croix. Vous pouvez vous repentir et venir à Jésus maintenant.

On dit souvent dans la sorcellerie que ceux qui dévoileraient leur secret mourront. Biens aimés, même si vous êtes sous l’influence de la sorcellerie et que vous vous repentez sincèrement de vos péchés et que vous recevez Jésus dans votre vie, vous ne mourrez pas. Jésus-Christ peut vous délivrer de la sorcellerie et de son influence. Vous pouvez naître de nouveau maintenant et être ainsi à jamais débarrassé de la sorcellerie. Vous aussi qui êtes victimes de la sorcellerie, attaquez dans vos rêves par des animaux qui vous poursuivent ou des fous, ou une foule de personnes armées … vous pouvez recevoir Jésus maintenant et être totalement délivré de tout cela.

J’étais dans une maison louée. Au sein des locataires se trouvait un monsieur qui autrefois était aussi un membre de l’église (la secte ) à laquelle j’appartenais. Mais lui, sans l’ombre du moindre doute du fait que les dirigeants fussent des sorciers, s’était repenti à cause du fait que certaines pratiques de cette église n’étaient pas bibliques par exemple le fait d’invoquer les anges. Mieux encore, il avait reçu Jésus-Christ dans sa vie comme étant son seigneur et sauveur personnel et était membre d’une église évangélique de la place tandis que son épouse avait évolué au poste de visionnaire au sein de la secte à laquelle j’appartenais et était aussi une sorcière sans qu’il ne le sache. J’avais résolu en mon cœur de le faire souffrir jusqu’au jour où il reviendrait au sein de notre église de sorciers (seul les hauts dirigeants savaient que l’église était basée sur la sorcellerie. Le monde, lui, nous voyait comme des disciples de Jésus-Christ qui opéraient des miracles, consultaient l’avenir auprès de Dieu). Je lui envoyai toute sorte de maladies sans succès. C’était un chrétien, un vrai. Il menait une vie de sanctification et pas moyen de passer par un péché pour l’avoir. A peine péchait-il qu’il se repentait sincèrement et demandait à Jésus-Christ le fils du Dieu vivant de le pardonner.

Parce qu’il n’adorait que Jésus-Christ et qu’il n’adorait rien d’autre, chaque fois que je l’observais spirituellement, je le voyais entouré d’un feu dévorant et consumant (Hébreux 12:29).

QUI PEUT MANGER DU FEU ?

Ne pouvant l’atteindre, je mangeai avec plaisir son épouse qui était comme je l’ai précédemment dit, une sorcière mais de rang inférieur au mien. A cette époque, je n’avais plus de 10 démons de haut rang à ma disposition mais 16, tous de haut rang. Ceci fait, je m’approchai physiquement de lui quelques jours après l’enterrement, pendant qu’il était encore dans la souffrance de la perte de son épouse et je lui dit :

– « Tu dis être né de nouveau et c’est pour naître de nouveau que tu nous a quitté ( tu as quitté notre église). Quel est donc cette prière que tu fais et qui n’a pas pu empêcher la mort de ta jeune et ravissante femme ? Ne vois-tu pas que c’est la sorcellerie qui l’a tué ? N’est-il pas tant que tu reviennes parmi nous ? »

Le monsieur, sans se décourager m’expliqua qu’il avait toujours demandé à son épouse de se repentir de ses péchés et de donner sa vie à Jésus-Christ afin de naître de nouveau mais qu’elle n’avait jamais accepté car le diable l’avait aveuglé. Et il ajouta :

« Sinon, pourquoi le sorcier qui a tué ma femme, n’a-t-il pas pu me tuer ? Il sait qu’il ne le peut pas car j’ai Jésus-Christ dans ma vie(Luc 10:19)

Quelques temps après, il se mit à me prêcher à nouveau l’évangile, me demandant de me repentir de tous mes péchés et de donner ma vie à Jésus-Christ qui détient la solution à tous mes problèmes… Je lui répondis avec arrogance espérant qu’il s’énerverait et que j’utiliserais contre lui sa propre colère. En effet, les sorciers vous poussent à pécher afin d’utiliser contre vous vos propres péchés. Un enfant de Dieu étant une personne qui ne s’énerve pas, il me sourit et me dit : Jésus va te délivrer.

Biens aimés, si le sorcier n’aperçoit pas Jésus dans votre vie, il fera d’elle son champ d’entraînement. Vous avez besoin de recevoir Jésus-Christ dans votre vie. Sans Jésus, nul ne peut vous protéger des sorciers. La véritable protection contre les sorciers est entièrement gratuite et elle se trouve en Jésus-Christ. Pour recevoir Jésus-Christ, vous devez vous regretter sincèrement vos péchés, prendre la ferme décision de ne plus être un pécheur et faire cette prière:

« Seigneur Jésus, je reconnais devant Dieu que je suis pécheur. Je crois que tu as été crucifié pour moi, que tu fus ressuscité pour ma justification, je te reçois maintenant et te reconnais pour mon sauveur personnel. »

Suite au décès du pasteur principal, les plus grands et les plus puissants responsables de l’église étaient encore (quoique j’avais le dessus pour le moment) plus furieux contre moi et me livraient une guerre plus atroce. Fatiguée par ce manque de paix, je quittai l’église pour intégrer le culte d’une idole qui est reconnu pour chasser les sorciers et délivrer ceux qui sont sous leurs emprises. Cette idole au vu de ceux qui viennent la consulter était la protectrice, anti sorcellerie. En réalité, seuls les sorciers dirigeaient cette idole. Je savais que quand on parle d’idole qui combat les sorciers, il ne s’agit rien d’autre que d’une autre troupe de sorciers. Le monde considérait cette idole comme un dieu fils du Dieu suprême. Or, il ne s’agissait que de statuettes autour desquelles opère une légion de démons.

Soyons réalistes, frères et sœurs et soyons raisonnables ; Satan peut-il se protéger contre lui-même ?

Seul Jésus-Christ de Nazareth le Fils du Dieu vivant, peut protéger contre la sorcellerie et en délivrer.

Le montant qu’il fallait pour l’inscription afin d’adhérer à ce culte vaudou s’élevait environ à 84 000 francs. Mais étant sorcière, je passais spirituellement sur les étalages des vendeuses et je leur soutirais de l’argent. Plus tard, les pauvres dames ne comprenaient simplement pas comment leur sous avaient-il pu disparaître. Certaines parmi elles se demandaient si elles n’avaient pas mal donné la monnaie à leurs clients. Je volai ainsi 100 000 francs que je remis au lieu des 84 000 francs. Le fait que j’avais donné 100 000 pendant qu’on ne m’en demandait que 84 000 plu beaucoup au chef du couvent satanique.

S’il vous arrive souvent de remarquer que vous perdez de l’argent sans savoir comment, ou vous avez l’impression de mal gérer mais vous ne savez pas exactement ce que vous avez fait de votre argent, bien aimé, vous avez besoin de jeûner et de prier contre la sorcellerie et de payer vos dîmes à l’église afin que le seigneur ordonne au dévastateur de s’éloigner de vous et de vos biens.

Aujourd’hui encore, Jésus peut vous délivrer et vous protéger de la sorcellerie. Vous avez peut être entendu parler de plusieurs Jésus en image mais peut-être n’avez-vous pas encore expérimenté le VERITABLE Jésus.

Avec le véritable Jésus, il n’y a ni lien avec la sorcellerie, ni lien avec aucune pratique non biblique. En cet instant je prie que le seigneur vous ouvre les yeux pour que vous compreniez de qui je vous parle: le VRAI JESUS.

COMBAT

Au nom de Jésus, tout oppresseur satanique, toute puissance qui s’attaque à mes biens dans n’importe quel domaine que ce soit, je vous lie.

Dès la première fois que je vis le chef du culte démoniaque, je sus qu’il était sorcier mais lui ne se douta de rien à mon endroit car je lui étais supérieure. Lorsque je lui remis les 100 000, il voulut me donner la monnaie et je refusai. Tellement, il était content car il me prenait pour une nouvelle recrue riche qui voulait intégrer leur religion. Lorsque je lui expliquai que j’étais visionnaire dans mon ex église, il me parla en ces termes: on peut vous confier des choses. Lui aussi à son tour me donna la sorcellerie mais d’une autre manière. Pour la deuxième fois, je recevrai la sorcellerie. Arrivée dans son groupe de sorciers, il comprit très vite que j’étais plus gradée que lui et tous ses collaborateurs. J’utilisai la sorcellerie qu’il m’avait donné pour tuer son propre fils que nous mangeâmes tous ensemble. Je demeurai au sein de ce fétiche, vaudou (idole) tuant la plupart de ceux qui venaient nous exposer leurs problèmes ou ceux qui voulaient connaître l’avenir.

Biens aimés, en consultant les idoles, en consultant le vaudou, vous vous livrez aux mains des sorciers auprès desquels vous venez les consulter. On ne peut pas reconnaître un sorcier à l’œil nu et souvent ce sont des personnes très gentilles, accueillantes et joviales parfois.

Avez-vous un problème ?

Confiez-le à Jésus-Christ le Fils du Dieu vivant. Les hommes eux même ont suffisamment de problèmes qui ont besoin de solution. Jésus, lui, par contre n’a pas de problèmes et il peut résoudre tous les vôtre. Dieu ne veut pas que vous soyez malmenés, maltraités par qui que ce soit, moins encore par la sorcellerie, c’est pour ça qu’il a envoyé Jésus son fils mourir pour vous.

COMBAT

Toute puissance de sorcellerie qui me malmène ou me maltraite depuis un moment, au Nom de Jésus, lâche moi. Spirituellement, puisque je n’avais pas de sous, je passai de marchandises en marchandises auprès des bonnes dames et je leur volai les 30 000 francs. De retour chez moi, je fis appel à ma calebasse de sorcellerie qui apparue dans ma main. Après avoir prononcé de terribles incantations, j’y déposai les 30 000 francs avant de les remettre plus tard au propriétaire aux environs de 15 heures comme prévu. Content en ne sachant pas ce qui allait lui arriver, celui-ci reçu chaleureusement l’argent. Quelques temps après, mes incantations se mirent à agir par le biais des démons sur lui. Subitement, il eut de violents maux de tête qui le conduisirent directement à l’hôpital. Les médecins lui dirent clairement que sa maladie n’avait rien de scientifique ni de naturelle et qu’il devrait chercher dans le spirituel. Accompagné de certains membres de sa famille, il se rendit dans son village natal (où, spirituellement, je l’attendais déjà) afin de consulter des féticheurs (prêtres d’idoles). C’est là que je lui ôtai la vie. Je le transformai en animal que mes collègues sorciers et moi le mangeâmes.

JE NE M’ARRETAI PAS LA

Après cela, je dispersai ses enfants en sorte qu’aucun d’entre eux ne viennent demander les frais de location. J’étais pratiquement la propriétaire de cette maison.

Biens aimés, si vous ne recevez pas Jésus-Christ comme étant votre seigneur et sauveur personnel, les sorciers vous arracheront vos biens, votre famille et feront de vous TOUT ce qu’ils désirent. Le recours à un féticheur ou à une idole ne vous sauve pas et ne pourra jamais vous sauver.

En recherchant la délivrance auprès des féticheurs, vous demeurez toujours dans les mains de Satan et de ces démons qui se feront un atroce plaisir de vous maltraiter, de vous malmener tout en vous faisant croire qu’ils ne veulent que votre bien. C’est Jésus-Christ, le fils du Dieu vivant qui est mort sur la croix pour vous sauver afin que vous ne soyez plus sous l’emprise du diable, seul qui peut vous sauver. Si vous vous repentez sincèrement de tous vos péchés, si vous regrettez le fait que vous êtes un pécheur et que vous donnez votre vie entière à Jésus-Christ de Nazareth le fils du Dieu vivant afin qu’il devienne votre seigneur et sauveur personnel, vous serez sauvé.

Vous serez sous la, protection du Dieu très haut et ni sorcier, ni féticheur, ni marabout ne pourra vous atteindre. Donner sa vie à Jésus-Christ se fait GRATUITEMENT. En donnant votre vie à Jésus-Christ, vous devenez un vrai enfant de Dieu. Jésus a déjà payé pour vous le prix en mourant sur la croix en sorte que les sorciers ne puissent plus vous malmener. Vous devez accepter Jésus pour que ce prix entre en vigueur pour votre vie.

Il y avait dans le même quartier que moi, une famille composée d’un homme, de deux femmes et de plusieurs enfants. Un sorcier, arrivé dans un lieu ne cherche qu’à tuer, qu’à détruire car un sorcier est une personne animée de l’esprit de mercenaire (Jean 10 : 10 – 11). J’avais donc en projet de détruire cette famille et j’attendais le moment favorable. Un jour, la première épouse du monsieur avec qui je sympathisais à l’époque, vint m’exposer un problème :

– Tu sais Sidoine, autrefois, je vivais seule avec mon mari. Parce que je suis stérile, par amour pour mon mari, je lui ai donné l’autorisation de prendre une seconde épouse qui lui ferait un enfant. Tout cela, je l’ai fait par amour sans qu’il ne me demande quoi que ce soit. Cette seconde épouse, au début me respectait mais depuis qu’elle enfanta, elle ne me respecte plus et a même tendance à m’arracher mon cher mari. Les 4 enfants que tu vois chez nous sont ses enfants. Que dois-je faire hein ? Je venais de trouver mon alibi pour en finir avec cette merveilleuse famille qui jusque-là, en dépit des problèmes, menait une vie plus ou moins paisible.

Frères et sœurs en Christ, n’allez plus jamais vous confier à qui que ce soit. Vos problèmes, c’est à Jésus-Christ de vous en donner la solution. La bible nous recommande de décharger sur Jésus-Christ tous nos problèmes car c’est lui qui prends soin de nous ( 1 pierre 5: 7 ).

«Recommande ton sort à l’Éternel, Mets en lui ta confiance, et il agira.»(Psaumes 37:5)

Alors pourquoi vous souciez vous de l’avenir. Dieu s’occupe de votre avenir. Que pouvez-vous réellement y faire ? Ce que vous avez à faire, faites-le, le reste Dieu s’en charge.

Alors, cessez de chercher à connaître l’avenir car Dieu a dit qu’il a formé pour vous des projets de paix et de bonheur. Donc, si vous marchez avec Dieu, vous aurez la paix et le bonheur. Aussi, il n’est pas bien de vous décourager lorsque vous demandez quelque chose à Dieu et que son accomplissement tarde. Vous devez prier et s’il le faut même jeûner pour que tout esprit qui veut retarder la réalisation de ce que vous avez demandé à Dieu soit neutralisé.

Ne faites pas comme Sara femme d’Abraham qui suggéra à son mari de prendre sa domestique afin de lui donner un enfant car elle était stérile (Genèse 16).

Plus tard, elle en subit les conséquences (Genèse 16:5-6). Si la promesse de Dieu tarde, redoublez d’efforts dans la prière et dans la sanctification et attendez là car elle s’accomplira certainement (Habacuc 2:3).

Je ne tardai pas à informer mon groupe de sorciers au cours de la réunion nocturne suivante. Spirituellement, j’appelai l’âme du benjamin de la dame sur lequel je déposai du feu. A l’instant même l’enfant commença une forte fièvre. J’envoyai des démons qui mirent dans l’esprit du père le réflexe de l’amener à l’hôpital. Sans plus attendre, le pauvre monsieur se hâta de l’y amener. Il se faisait tard, c’était au-delà de minuit. Spirituellement, j’entrai dans leur véhicule sans qu’il ne s’en rende compte et je les suivis pour l’hôpital. Arrivé à l’hôpital, un de mes démons posséda, sous mon ordre, un des docteurs qui fit à l’enfant une injection qu’il ne fallait pas. Ce fut là que je pris l’âme de l’enfant.

Le soleil allait bientôt se lever. Je ne pouvais plus retourner dans mon corps immédiatement.

Je demeurai dans la salle de l’hôpital toute la journée avec l’âme de l’enfant jusqu’à 23 heures 30 minutes pendant que les parents étaient déjà partis avec le corps accompagné de cris de détresse. A 23 heures 30 minutes, je me rendis à la réunion nocturne où je transformai l’âme de l’enfant en animal que nous mangeâmes sur une feuille d’arbre appelé feuille de teck. Habituellement, aux réunions nocturnes, nous mangions les humains transformés en animal sur des feuilles de teck (teck c’est le nom de l’arbre). Puisqu’il s’agissait d’un petit enfant, l’enterrement fut vite fait. Peu de jours après j’envoyai des démons souffler au cœur, à la femme qui venaient de perdre son enfant c’est à dire la deuxième femme ( à qui je n’étais même pas habitué), de venir me narrer l’histoire. ça marcha et elle vint me dire :

– Hum, tu sais Sidoine, c’est mon épouse qui a tué mon enfant hein ?!! Mon enfant n’est pas réellement mort d’une maladie physique mais c’est cette sorcière de co-épouse qui l’a tué. Elle ne savait ni qu’elle était téléguidée ni ce qui allait se passer suite à ses paroles.

Elle avait juste besoin de se confier à quelqu’un et elle fit le mauvais choix

– Ne dis pas ça, pourquoi tuerait-elle ton enfant ? Tout simplement parce qu’elle est jalouse ; elle n’arrive pas à concevoir tandis que moi si. Pendant ce temps, j’attirai spirituellement, grâce à mes démons, la première femme du monsieur (mon amie qui n’avait pas d’enfants) vers nous pour qu’elle entende la discussion comme par un hasard. La première femme dit : « ah bon, tu me traites de sorcière ? Toi qui t’évertue à m’arracher mon mari. Entre toi et moi qui est sorcière ? Tu as mangé ton propre enfant et maintenant tu viens m’accuser. »

Informés du fait que ses femmes se disputèrent et étaient sur le point de se battre, le mari vint sur place pour les calmer. Je me retirai avant son arrivé et j’envoyai des démons dans leur maison. Je vis leur fille qui faisait bouillir une énorme marmite d’eau afin de préparer de l’accassa ( la seconde femme prépare et vend de l’accassa ). Je pris les pieds de la fille que je mis dans l’eau qui bouillait. C’est ainsi que je la tuais et je fis d’elle ce que je voulais. Le monsieur n’était même pas retourné chez lui lorsque quelqu’un courut lui annoncer le décès de sa fille que je venais de tuer. Pris d’une ardente colère, il alla chercher les branches d’un arbre garni de pointes en vue de battre ses 2 femmes car disait-il: « c’est à cause de vous que j’ai perdu ma fille, je viens d’enterrer un enfant, il n’y pas une semaine et voici ma fille qui meurt encore »

Tout cela était téléguidé spirituellement

Lorsqu’il asséna le premier coup, spirituellement, je dirigeai la branche épineuse vers les yeux de son troisième enfant. Les yeux de l’enfant crevèrent et le monsieur fut prit d’une colère plus ardente. Lui-même, les épines le blessèrent mais il s’en foutait. Il voulut encore asséner un second coup aux femmes mais ce fut l’enfant qui le reçut. Au troisième coup, l’enfant ne pouvait plus se relever. Ce n’est qu’alors qu’il s’arrêta. Avant qu’il n’amène l’enfant au soin, celui-ci était totalement vert, couvert de sang. Nous retirâmes son âme que nous transformâmes en animal… En une journée le monsieur venait de perdre 2 enfants. Je donnai la sorcellerie à la femme stérile qui tua son mari, sa coépouse et le seul enfant qui restait. Plus tard, ayant plus de pouvoir qu’elle même, je la fis passer à mon assiette. J’aimerais rappeler qu’à l’époque je n’étais plus dans mon ex église mais j’étais adepte d’un culte vaudou très populaire au sein duquel on dit combattre les sorciers. Or, les dirigeants même étaient des sorciers. De nombreuses personnes venaient pour connaître l’avenir, comment agir pour prospérer. ne sachant pas qu’en allant à de tels lieux ils exposaient leur vie aux sorciers.

Chers lecteurs, si vous refusez de vous repentir de vos péchés et de recevoir Jésus-Christ dans votre vie comme étant votre seigneur et votre sauveur personnel, les sorciers vous dévoreront vous et votre famille. Dieu verra cela, son cœur sera attristé mais il ne pourra rien pour vous car vous auriez refusé son aide en rejetant Jésus-Christ. En refusant de naître de nouveau, vous refusez ainsi de jouir de la protection de Dieu. Dieu ne peut vous aider que si vous êtes d’accord (Deutéronome 30:19). Dieu n’est pas un dictateur. Il travaille avec votre accord. Vous devez ACCEPTER (Romains 10:10).

Accepter Jésus-Christ comme étant votre seigneur et votre sauveur personnel.

Au bout d’un moment, mon mari et moi déménagèrent pour une autre maison. Jusqu’à ce que j’obtienne plus tard le salut, mon mari n’avait jamais eu l’ombre d’un doute du fait que je fusse sorcière. Au bout de quelques années dans la nouvelle maison, un couple chrétien vint louer la chambre juste à côté de la nôtre. C’est là que je commençai par souffrir. Le jeune couple priait, chantait, louait Dieu avec ferveur ce qui détruisait ce que je faisais. Je résolu en mon cœur de les éliminer.

– Biens aimés, un sorcier peut-il faire passer un vrai chrétien à son assiette ?

– Je leur envoyai maux de têtes, maux de ventres, douleurs … sans succès. J’appelai sur eux la fièvre mais la fièvre ne put les atteindre. J’envoyai à leur petit enfant une maladie qui l’atteignit. Mais ils prièrent au nom de Jésus-Christ pour l’enfant qui fut rapidement guéris. Je me souviens qu’il y avait un chant qu’aujourd’hui j’aime beaucoup mais que je détestais autrefois et que le petit enfant n’arrêtait de fredonner :

– Il est le feu, le feu, le feu divin, qui peut contester avec Jésus ?

Je détestais ce chant. Un jour, quand le petit le chantait, physiquement, je lui foutus une puissante raclée qui le fit chavirer au sol. L’enfant eût de violents maux d’oreilles. Je m’excusai auprès de ses parents et je lui achetai du nifluril (pommade pour calmer la douleur) que je posai au préalable sur ma calebasse de sorcellerie afin qu’en passant ce nifluril à leur enfant, les parents valident ainsi sa mort. La nuit quand l’enfant eût les maux d’oreilles, mes démons mirent dans le cœur du père de lui passer le nifluril mais chose bizarre il ne le fit pas. Même chose pour la mère. J’essayai d’enter spirituellement dans leur chambre mais elle était entourée de feu dévorant et consumant.

Je commençais à avoir chaud. Ils prièrent pour l’enfant et la toute-puissance de Jésus-Christ le guérit. D’ailleurs, lorsque ce couple priait, je ressentais une chaleur infernale. Quand l’enfant me voyait après sa guérison, il disait : Jésus-Christ est un feu dévorant avec lequel nul ne peut contester. Chaque fois qu’il faisait ça, je le giflais à nouveau et il entrait tout en larme me signaler auprès de sa maman qui lui répliquait: « Ne t’inquiète pas mon enfant, Dieu va la délivrer ».

Ni les parents de l’enfant, ni personne ne savait que j’étais sorcière. Tout ce que l’on savait de moi à l’époque était que j’étais adepte d’un culte de vaudou (occultisme) car je m’habillais à l’instar des adeptes de la sirène (démon des eaux).

En ces moments-là, j’allais fréquemment sous la mer ou nous recevions plus de pouvoirs, des démons de prostitutions, de pauvreté, d’accidents… que nous avions pour missions d’affliger aux humains ou sur les étalages des vendeuses. Par exemple, nous recevions des mèches pour femme que nous remettions aux vendeuses qui les vendaient et ces mèches avaient du succès. Quiconque portaient ces mèches était exposé à l’adultère. Les maris d’autrui allaient forcément être attirés par elles. Nous donnions aux gens des maris et femmes démoniaques qui n’arrêtaient pas de les molester.

– Le meilleur moyen d’être délivré est de donner sa vie à Jésus-Christ après s’être repenti de tous ses péchés

Un merveilleux jour, la dame chrétienne (mère de l’enfant que je giflais habituellement), locataire, m’invita à assister à une séance de prière au sein d’une église évangélique. J’hésitai, je résistai mais elle finit par me convaincre. Arrivé dans l’église, au moment de la prière, j’avais l’impression d’entrer pour la toute première fois dans un four. Pour moi, tellement la salle était chaude, et j’eus l’impression que j’étouffais ou étouffais-je réellement je ne le sais. Je me hâtais de m’enfuir de la salle lorsque la femme me rattrapa et me pria très gentiment et très poliment de venir à nouveau dans la salle. Après le message, le pasteur invita les gens à donner leur vie à Jésus-Christ. Une autre dame s’approcha de moi et me demanda d’avancer pour donner ma vie à Jésus-Christ.

J’avais porté mes accoutrements d’occultiste. Je me levai car j’avais l’impression que même la chaise sur laquelle j’étais assise était chaude. Derrière moi, spirituellement, il n’y avait que du feu. Personne ne savait ce que je ressentais, on pouvait juste remarquer que je transpirais. Le pasteur prononça :

« toi qui t’attaque aux enfants de Dieu, repens toi de tes péchés et donne ta vie à Jésus-Christ de Nazareth et tu seras délivré, tu seras sauvé. »

Le pasteur s’adressait à l’assemblée en prononçant ces paroles. Il ne savait pas qui j’étais et ne m’avait jamais vu. J’allai devant et après m’être repentie, je donnai mon coeur à Jésus-Christ le Fils de Dieu.

On ne pouvait aucunement comparer ni ma puissance, ni celle de tous les sorciers dont on fait l’éloge à celle de Jésus-Christ le fils de Dieu. Ce n’était pas 2 choses comparables. Tellement la puissance de Jésus-Christ surpassait celles du diable et des démons..!!!

On pria pour moi et je me mis à vomir toutes les choses horribles que j’avais avalées. Je remis aussi ma calebasse spirituelle. Mais après avoir remis cette calebasse, je me mis à pleurer de pitié. En effet, les lois spirituelles stipulaient que quiconque, autre que moi, ouvrirait la calebasse dans laquelle résidaient tous mes pouvoirs mourait sur le champ. Et si un sorcier ou une sorcière avouait sa sorcellerie, il devrait être immédiatement tué dans le monde spirituel. Je pleurais parce que je ne voulais pas que ces pauvres chrétiens meurent. Ca faisait longtemps que je n’avais plus eu plus pitié d’un humain.

A ma grande surprise, ils prièrent et ouvrirent la calebasse sans qu’aucun d’entre eux ne meurent. J’attendais toujours mais nul ne mourut. Au sein de la calebasse se trouvait le sang humain que je buvais quotidiennement, des parties du corps humain…J’étais stupéfaite du fait qu’ils ne fussent pas morts ou devenus fous sur le champ après avoir ouvert ma calebasse de sorcellerie.

Je me rendais compte que la puissance de Jésus-Christ le Fils du Dieu vivant surpassait celle du diable.

Et je compris que Dieu existait véritablement car à cause de mon ex église, je croyais que c’est le diable qui se déguisait aussi en église et que toutes les églises n’étaient que des sectes.

Ils jeûnèrent et prièrent sérieusement pour ma délivrance et gloire soit rendu à Dieu le Tout Puissant, à Jésus-Christ Son fils et au Saint Esprit de Dieu, je suis totalement délivrée. Quelques temps après ma conversion, les sorciers de mon ex église se soulevaient contre moi sans succès. Ils m’attaquèrent de diverses manières ; les menaces étaient chose fréquente. Mais Dieu me protégea contre eux et toutes leurs attaques furent vaines. Je n’étais plus la même, Jésus avait fait de moi une nouvelle créature remplie de son feu que les sorciers ne peuvent dévorer.

Sur la terre, dans la mer, dans les airs, partout dans l’univers, il n’y a aucune puissance qui égale celle de Jésus-Christ où qui lui vienne même à la cheville. Ce Jésus-Christ que j’ai reçu et qui m’a délivré et a fait de moi un enfant de Dieu, vous pouvez vous aussi le recevoir aujourd’hui.

Vous devez naître de nouveau c’est important, car vous ne connaissez pas le jour de votre mort. Si vous mourrez à l’instant même et que vous n’aviez pas donné votre vie à Jésus Christ, vous irez en enfer.

Repentez-vous sincèrement de tous vos péchés et acceptez Jésus-Christ dans votre vie comme étant votre seigneur et votre sauveur personnel. Jésus a déjà payé le prix de vos péchés en mourant autrefois sur la croix.

Réconciliez-vous maintenant avec Dieu. Recevez Jésus dans votre vie et Dieu sera désormais votre propre père. Alors, Dieu sera plus concerné par vos problèmes, il y prêtera plus attention. Les sorciers ou les pécheurs qui ne se repentent pas iront en enfer.

Faites cette prière:

«Je reconnais devant Dieu que je suis pécheur. A compter de ce jour je me détourne sincèrement de mes péchés. Je crois que le seigneur Jésus-Christ Fils du Dieu vivant a été crucifié pour moi, qu’il est ressuscité pour ma justification, je le reçois maintenant et le reconnais pour mon sauveur et seigneur personnel au nom de Jésus-Christ le fils du Dieu vivant.»

Si vous avez fait cette prière, vous venez ainsi de donner votre vie à Jésus-Christ par conséquent de naître de nouveau. Dieu vient de vous pardonnez vos péchés et vous pouvez vous réjouir d’être désormais un enfant de Dieu. Que le Dieu de paix soit avec vous. Vous ne pourrez jamais reconnaître à l’apparence un sorcier ou une sorcière. Les apparences sont trompeuses. Les véritables sorciers sont les plus gentils, les plus amicales, les plus abordables qui soient.

Souvenez-vous que le diable se déguise en ange de lumière (2 Corinthiens 11:14).

Lorsque vous confiez vos problèmes à un sorcier, il va vous y amener la solution à sa manière (la mort ; celui qui est mort ne se soucie plus de rien) .

Chers lecteurs, les seules personnes que je n’ai désespérément pas réussi à atteindre quand j’étais sorcière, c’était les chrétiens nés de nouveau, ceux qui avaient donné leur vie à Jésus-Christ et qui vivaient dans la sanctification en marchant selon les enseignements qu’ils reçoivent à l’église (enseignements conformes à la bible) ; ceux-là qui s’étaient repenti de la totalité de leur péché et qui avaient accepté Jésus-Christ comme étant leur seigneur et sauveur personnel. Puissance de sorcellerie, sortilège qui avait été jeté sur ma vie, avant ou après ma naissance, ou sur mon père ou ma mère, je me débarrasse de vous au nom de Jésus. Allez puissance de sorcellerie, je t’ordonne lâche moi Comme je l’ai précédemment dit, j’habitais une maison louée. Un jour, le propriétaire vint réclamer ses frais de location. En effet, j’avais une dette de plusieurs mois. Le montant de la location de ces mois que je n’avais pas payé s’élevait à 30 000 francs. Avec empressement, je le suppliai la ruse dans le cœur :

– « Je suis désolé Monsieur le propriétaire. Veuillez bien excuser mon retard en ce qui concerne le paiement des frais de location. Aujourd’hui même, au plus tard à 15 heures, je vous rendrai tout votre argent.

– Etes-vous certaine ?

– Oui, Oui, bien sûr et je vous en présente sincèrement mes excuses.

– ça fait plusieurs mois que je viens réclamer les frais de locations, soit, vous n’êtes jamais là, soit, vous me faites des reports. Si à 15 heures je n’ai pas mes sous, vous plierez bagages et vous sortirez de ma maison. Je suis là pour les bénéfices moi. »

L’HOMME NE DE NOUVEAU

Seigneur, je me REPENS de tous mes péchés et de toutes les fois où j’ai consulté un visionnaire, un médium, un marabout, charlatan ou ceux qui évoquent les morts ou esprits impurs. En ce jour, je prends la ferme résolution de ne plus recourir à de telles pratiques.

Que Dieu vous bénisse !

La soeur Sidoine